Rencontre culturelle du 25 fervrier 2017 (VOUEFIF)

L’association « Aghbala et ses amis » a organisé, en partenariat avec « Trois pas pour Sélim », un dîner-spectacle, le samedi 25 février 2017 à Firminy, dans la salle "Le Firmament".

Cette soirée a permis à beaucoup de personnes issues d’Aghbala, entre autres, de se rencontrer autour d’un repas traditionnel, Seksu uderyis : couscous cuit avec des légumes à la vapeur des racines de aderyis bouillies dans de l’eau, accompagné d’œufs durs.

Chez les Kabyles et les Berbères (Amazighs) en général, ce repas est servi début mars pour accueillir le printemps.

La partie spectacle a débuté avec Vuefif (Bouafif), qui a été très apprécié et très applaudi par l’assistance qui était nombreuse. Il faut dire que c’est la première fois que cette tradition a été remise à l’honneur par une association de village dans la diaspora et particulièrement ici en France.

La soirée s’est poursuivie avec la prestation de Tighri Uzar, un groupe de trois sœurs qui ont recueilli et perpétuent des chants très anciens, les préservant ainsi de l’oubli.

Les anciennes et les anciens, présents à la soirée, ont revisité leur jeunesse à travers ces chants.

La soirée a été clôturée par Youcef et Ramdane qui ont fait danser l’assistance avec des chansons variées.

 

QUELQUES REPERES CULTURELS !

Aderyis :

Son nom gréco-latin est Thapsia-garganica. C’est une plante que l’on trouve dans tout le pourtour méditerranéen. Elle est utilisée pour ses différentes vertus curatives.

Chez les Kabyles, ses racinessont sont mises à bouillir dans l’eau dont la vapeur est utilisée pour faire cuire du couscous avec des légumes : seksu uderyis. Cela a, paraît-il, des vertus digestives et tonifiantes.

Vuefif (Bouafif) :

C’est une mascarade, mélange de théâtre burlesque et de chants, jouée par des villageois adultes ou jeunes.

La troupe est constituée de quatre à six personnes déguisées et masquées : un ou deux « vieux » Amghar n weqruc, une ou deux danseuses, une flute et une ou deux percussions [avendayer, agerwaj (ttvel)].

Cette troupe, pendant pratiquement un mois, sillonne le village de porte en porte, de maison en maison.

Devant chaque maison, la troupe lance des bénédictions. Si une porte s’ouvre, la troupe exécute une scène et les propriétaires de la maison lui donne qui des oranges, qui des œufs et des friandises etc…

Cette tradition très ancienne a été perdue pendant quelques décennies mais commence à revenir dans certains villages de Kabylie.

Amager n tefsut : la rencontre du printemps

Le calendrier berbère et kabyle en particulier est un calendrier agraire qui est basé sur le cycle des saisons. Chaque saison est accueillie avec des rituels spécifiques. C’est ainsi que le début du printemps est marqué par un repas (seksu uderyis) et Amager n tefsut qui veut dire la rencontre du printemps : les villageois  reprennent contact avec la nature, après les longs mois d’hiver. Ils vont pique-niquer et se rouler dans les champs fleuris et cueillir des fleurs. Cet événement peut être également l’occasion de rencontres heureuses !

Cette tradition, qui était un peu délaissée, revient petit à petit dans certaines régions de Kabylie.

VOUEFIF KABYLE

Vouafif4

LES COMEDIENS

Vouafif suite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir Quelques autres photos dans notre Album

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau