Les moulins disparus et les fontaines abandonnées

Les moulins

 

 

Au debut du siècle précédent on comptait à Aghbala au moins dix moulins à farine connus, il n'en reste pas un. Il en est de même pour les moulins à huile.

Aghbala étant le village des sources par excellence, ces moulins étaient éparpillés tout le long du ruisseau qui venait de Sidi Elmouhoub et désservant les verdoyants champs, vergers et  jardins de Iarichen et  de Maamran,  quelque uns ont été construits à Tassifth par les Sayad et les Berkouki

Parmi les énergies renouvelables, les moulins à eau pourraient avoir leur place encore aujourd’hui, alors que bon nombre ont déjà disparus

Avec les forêts, les moulins à eau ont fondé l’économie moderne et ont servi de base à la puissance économique de la Kabylie pendant des siècles, lui permettant d’occuper une place de choix au sud de la méditerranée.

Les moulins demeurent un capital historique du plus grand intérêt. Il est temps de restaurer au moins un de ces chef-d'oeuvres et de redonner un brillant avenir à ce patrimoine Kabyle

14/07/2006

Fontaine de Kabylie (poème d'Ernest)

Voici un de mes poèmes à propos des fontaines de jadis qui ont marqué tant et tant de femmes de Kabylie. Oubliéées de l'histoire, délaissées par les siens, elles ne méritaient pas un tel sort.


Fontaine de Kabylie


Ô fontaine nourricière, bruissant de ton eau fraîche
Qui désaltérait du fellah la gorge sèche,
Tu es comme un vieux bâtiment en perdition
Qui se meurt dans l’océan de l’évolution.


Ô fontaine animée, témoin des cris joyeux
Que les filles poussaient, puisant le liquide précieux,
Tu es devenue cet amas de pierres sans âme
A qui on a ôté toute vie, toute flamme.


Ô fontaine de Kabylie, gardienne de secrets,
De furtives amourettes et de clins d’œil discrets,
Tu te sens délaissée, victime de la passion
Qu’ont les gens pour le robinet d’eau sous pression.


Ô fontaine du village à l’avenir incertain,
Oubliée de l’Histoire par la faute des humains,
Pourquoi dans ces collines t’a-t-on abandonnée
Aux caprices du temps qui scellera ta destinée

Ernest Jouzel

Voici ce qui reste de nos anciennes fontaines :

Tala ouada

Tighramts

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau